Libérons-nous de l'occupation financière
Archives
Terrorisme, Irak, Syrie

Une conférence mondiale sur la sécurité doit être la cause de la France

vendredi 26 septembre 2014

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale

La politique de la France au Proche et Moyen-Orient, comme partout ailleurs dans le monde, est désormais à la remorque de la politique américaine. Refusant, comme l’administration Obama, la saisine du Conseil de sécurité des Nations unies pour définir le meilleur moyen d’intervenir contre « l’Etat islamique », Paris laisse Washington bombarder le territoire syrien et s’apprête sans doute à lui prêter main forte, au mépris du droit international.

De fait, c’est tout le Proche et Moyen-Orient que l’on entend remodeler au sein du dispositif atlantiste, au nom d’une « démocratie » qui ne consulte pas les peuples auxquels elle s’impose par les armes. Avec pour objet d’installer partout des régimes complaisants envers les intérêts de la City, de Wall Street et des mégabanques internationales, qui ont pris les Etats-nations en otage.

Nous devons cesser de jouer sur ce grand échiquier, retrouvant l’inspiration de notre politique étrangère définie par le général de Gaulle. Continuer comme on va sans que soit établie une communauté d’intérêts, c’est se faire le complice d’une fuite en avant vers une guerre de tous contre tous.

L’heure est venue de passer à une autre vision, en participant à la politique de paix par le développement mutuel à laquelle les pays du groupe des BRICS sont aujourd’hui attachés. Défendons ainsi le principe d’une conférence internationale sur la sécurité mondiale, à laquelle tous participent, sans que personne ne s’arroge le droit d’être juge, partie et exécuteur.