Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Saisir l’occasion offerte par Vladimir Poutine

    jeudi 5 juin 2014

    Partagez l'article

    Jacques Cheminade
    répond à vos questions

    En direct - Tous les mois

    Prochain Live
    jeudi 15 décembre à 19h30

    Page spéciale

    Déclaration de Jacques Cheminade

    Paris, le 5 juin 2014 – Lors de l’entretien qu’il a accordé à TF1 et Europe 1, Vladimir Poutine en a appelé à la mémoire de la politique étrangère gaulliste. Rappelant le combat commun des Français et des Russes contre le nazisme, il s’est exprimé en partenaire et non en adversaire, répondant avec une remarquable modération à Jean-Pierre Elkabbach et Gilles Bouleau, qu’on voudrait voir aussi pugnaces avec les représentants de la nomenklatura française.

    Il est souhaitable que le gouvernement français saisisse maintenant la balle au bond et pèse de tout son poids pour que les pays européens et la Russie en reviennent à une politique de détente, d’entente et de coopération. Le cadre ne doit pas se limiter à un « axe Paris-Berlin-Moscou », mais aux dimensions d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural et d’une Eurasie de l’Atlantique à la mer de Chine. C’est en effet en retraçant une nouvelle Route de la soie, avec des corridors de développement portant des hommes, de l’énergie, des marchandises et des idées, qu’une paix par le développement mutuel pourra être mise en œuvre. En prenant à revers l’adversaire, qui est le monde de la City et de Wall Street.

    L’économie ainsi pratiquée, au service des pouvoirs créateurs de l’homme et non de la finance, créera les conditions dans lesquelles les Etats-Unis pourront se retrouver eux-mêmes, par delà les errements calamiteux de leurs administrations depuis le rejet de la loi Glass-Steagall, en 1999.

    Puisse le souvenir du 6 juin 1944 inspirer ce sursaut, en souvenir des contributions à la paix de la France Libre, de la Russie soviétique, des Etats-Unis d’Amérique de Franklin Roosevelt et de ces soldats britanniques qui moururent à Sword, non pas pour des banques ou un Empire mais pour nous libérer.