Se libérer de l'occupation financière

Remise en eau du lac Tchad : un rêve devient réalité !

jeudi 29 décembre 2016

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale

Communiqué de l’équipe de campagne

Apprenant qu’un protocole d’accord venait d’être signé le 13 décembre entre la société Powerchina, la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et les autorités nigérianes, en vue de lancer une étude de faisabilité du projet de remise en eau du lac Tchad, Jacques Cheminade n’a pas caché sa joie.

C’est en effet un projet qu’il défend depuis la fin des années 1980, le mettant au cœur même des propositions promues par son mouvement comme exemple type de la politique de développement mutuel que la France devrait mener sur le continent africain. En recréant un poumon d’eau au cœur du Sahel, il avait bien compris que ce projet est de nature à arrêter la progression du désert.

Jacques Cheminade s’est aussi réjoui d’apprendre que le tracé choisi par l’étude de faisabilité est celui du projet Transaqua, élaboré dans les années 1970 par des ingénieurs italiens de la société Bonifica, dont son ami Marcello Vichi. « Il s’agit du tracé le plus ambitieux visant à déplacer un volume très important d’eau vers le Lac. Mais il ne se limite pas à cela. Le transport de l’eau générera une énergie électrique abondante pour alimenter toutes les activités économiques et permettra aussi d’irriguer des zones destinées à la culture et l’élevage. »

Cet accord avec Powerchina « me rend optimiste quant au futur de ce très grand projet » , a déclaré le candidat présidentiel, rappelant que c’est cette compagnie qui a construit le plus imposant barrage du monde, celui des Trois Gorges. Son seul regret, « le fait que mon pays ne soit pas de cet accord » . Jacques Cheminade a apporté son soutien au fonds commun créé par la France et la Chine il y a quelques mois, destiné à construire de grandes infrastructures en Afrique. Malheureusement, ce fonds que la Chine aurait voulu de 50 milliards a été ramené par la France à 2 petits milliards. A peine de quoi payer quelques éoliennes…

La France aujourd’hui n’est plus capable de faire de grandes choses, d’où la raison de sa candidature à la présidentielle.

Pour approfondir

 » Plus de détails sur le site de Solidarité & Progrès

 » Le site de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT)

30 ans de combat de Jacques Cheminade pour l’Afrique et le projet Transaqua

27 au 29 juin 1979 — Jacques Cheminade et la Fondation pour l’énergie de fusion organisent à Paris une grande conférence sur « l’industrialisation de l’Afrique ». On y présente notamment la perspective hardie d’y bâtir des nuplexes, complexes agro-industriels créés autour de centrales nucléaires. Il y fut aussi question de développer un système de grands bassins régionaux, d’où partiraient des canaux pour irriguer les pays du Sahel et faire reculer la sécheresse.

Mars 1985 — Aux élections cantonales, le POE (prédécesseur de Solidarité & Progrès) présente une superbe affiche montrant un chemin de fer traversant le continent africain d’ouest en est, avec comme slogan : « Non au racisme du FMI - Industrialisons l’Afrique ! »

Avril 1985 — Le POE et l’Institut Schiller organisent une grande manifestation à Strasbourg. Une résolution y est adoptée, dénonçant notamment le FMI comme étant responsable de la résurgence en Afrique d’épidémies autrefois éradiquées, et appelant à créer un nouveau système financier promouvant la production et les échanges mondiaux.

1986 — Pour contrer les épidémies, le POE rédige une proposition de loi destinée à mettre urgemment en œuvre une politique de santé publique à grande échelle, comprenant un programme « à marche forcée » en matière de recherche. Le POE propose notamment de revenir à la grande tradition pastorienne basée sur l’envoi d’équipes de chercheurs sur le terrain, chargés non seulement de faire un travail de dépistage et de soins, mais aussi d’entreprendre des travaux de développement infrastructurel destinés à prévenir tout retour des épidémies.

1988Le POE présente un projet de reconstitution du lac Tchad, menacé d’assèchement. Ce projet prévoit de construire un canal de dérivation des eaux de l’Oubangui (frontière zaïro-centrafricaine) et du Bénoué (nord du Cameroun), pour les acheminer respectivement vers le Chari (Tchad) et le Logone (frontière tchado-camerounaise), qui se jettent tous deux dans le lac Tchad. De là, il deviendrait possible d’irriguer les régions environnantes et de créer un pôle de développement comprenant le nord du Cameroun et du Nigéria, l’est du Niger et l’ouest du Tchad. Ce thème fut repris par Jacques Cheminade lors des élections législatives de 1988.

28 mai 1988 — Conférence de l’Institut Schiller à Nancy. Intervention de Cheminade sur l’« Éthique d’un Plan Marshall pour le sauvetage de l’Afrique et de son agriculture ». « C’est honteux, s’indignait-il alors, qu’on ait laissé l’eau du lac Tchad s’évaporer, privant le centre de l’Afrique d’un poumon d’eau ; honteux que le projet conçu par l’ingénieur Roudaire pour irriguer le sud de la Tunisie et de l’Algérie, via la création d’une mer intérieure occupant les plaines salines (chotts), n’ai jamais été entrepris. »

Années 1990 — Jacques Cheminade et son mouvement Solidarité & Progrès adoptent le « projet Transaqua, une idée pour le Sahel », proposé par la société italienne Bonifica. Il prévoit d’alimenter le lac Tchad depuis le fleuve Congo et d’utiliser ce canal pour irriguer les terres.

27 août 2010 — Cheminade publie « Lac Tchad : poumon d’eau et vecteur de vie économique pour l’Afrique centrale », inclus dans le dossier spécial Grands Projets publié par Nouvelle Solidarité.

15 décembre 2010 — Invité à Niamey, capitale du Niger, du 30 novembre au 18 décembre 2010, dans le contexte des célébrations du cinquantenaire de l’indépendance du pays, Jacques Cheminade présente son projet de revitalisation du lac Tchad lors d’un symposium international rassemblant des membres du gouvernement, des diplomates et des responsables politiques.

2012 — Jacques Cheminade est l’un des seuls candidats aux élections présidentielles à défendre le développement de l’Afrique. Sa proposition pour un ministère de l’Immigration et du Co-développement vise à créer, à la fois, les conditions du développement permettant aux populations de rester chez elles, et d’accueillir ceux qui viendraient se former ou travailler chez nous. Premier objectif évoqué : le développement de l’Afrique et le projet Transaqua.

13 février 2015 — Séminaire de l’Institut Schiller sur les BRICS à Paris. M. Acheikh Ibn-Oumar, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad, défend brillamment « la remise en eau du lac Tchad, un grand projet digne des BRICS ».

14 -15 juin 2015 — Lors d’une conférence internationale de l’Institut Schiller à Paris, devant 450 personnes, Marcello Vichi, l’un des concepteurs du Projet Transaqua, présente son combat de 30 ans pour Transaqua dans un discours intitulé « Lac Tchad, il faut penser grand ».

Présidentielles 2017 — Jacques Cheminade relance sa campagne « pour libérer l’Afrique de la dette et du pillage financier » et appelle à une collaboration avec la Chine pour doter l’Afrique des grandes infrastructures nécessaires à son industrialisation. Le projet Transaqua y figure en bonne place, ainsi que le canal de Jonglai au Soudan, et la création de chemins de fer et de transports à grande vitesse en général, intérieur-intérieur et côte-côte.


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Rejoignez la campagne !