Libérons-nous de l'occupation financière

Mes cent jours

Par Jacques Cheminade

Ce sont toujours les premiers cent jours qui sont décisifs après une élection présidentielle. L’absence de volonté manifeste de la part de François Hollande durant cette période a pollué l’ensemble de sa présidence. Aussi, la situation actuelle étant encore plus dramatique qu’en 2012, tant à l’échelle internationale que nationale, il est d’autant plus urgent d’enclencher sans attendre une dynamique de changement.

Dès le premier jour où j’assumerai mes fonctions, je réaffirmerai dans un discours à la Nation les initiatives que je compte prendre. Bien entendu, les projets ne peuvent être lancés tous en même temps, mais il est essentiel que chacun en comprenne au départ la cohérence et la valeur exemplaire pour pouvoir juger de la présidence sans complaisance ni ressentiment. Je tiendrai ensuite chaque mois un dialogue direct avec les Françaises et les Français, au cours duquel chacun pourra m’adresser d’avance les questions qui le préoccupent et auxquelles je répondrai. Mon principal souci est de recréer dans notre pays un esprit collectif portant l’espérance que "ce sera mieux après".

Voici mes engagements pour changer le climat politique :

1

Remettre la France au travail en convoquant une conférence nationale sur l’emploi, dont les débats seront retransmis par les médias publics. L’on y explorera tous les secteurs pouvant embaucher rapidement les jeunes et les chômeurs et l’on y organisera une formation professionnelle d’urgence dans des centres agréés. Une politique de crédit public soutiendra cet effort et il sera en même temps offert aux entreprises des moyens de créer des CDI contre l’embauche d’apprentis. Après cet effort citoyen initial, avant tout créateur de postes de travail, le changement engagé par ma politique d’ensemble permettra de créer au fur et à mesure de son développement des emplois de plus en plus qualifiés.

2

Exiger que se tienne une conférence internationale sur la dette et la réforme du système monétaire international (Jubilé et Nouveau Bretton Woods).

3

Entamer la bataille, à l’ONU et au sein de notre parlement, pour que soit votée une loi de séparation bancaire, un nouveau Glass-Steagall global et national. Je demanderai que les débats soient retransmis sur les chaînes publiques de télévision, à l’image de ce que furent les interventions du procureur Ferdinand Pecora à l’occasion du vote de la loi Glass-Steagall sous la présidence de Franklin Roosevelt.

4

Engager le retrait de l’euro, devenu une monnaie-relais de la mondialisation financière – et à ce titre inacceptable – et examiner la possibilité d’une monnaie commune de référence entre pays européens attachés aux mêmes valeurs, et réservée aux relations extérieures des pays y adhérant.

5

Entamer des discussions au sein de l’Union européenne pour substituer au système monétariste actuel, tout aussi inacceptable, une Europe des peuples et des patries fondée sur de grands projets d’intérêt mutuel au sein d’un système gagnant-gagnant.

6

Bâtir un nouvel ordre économique international, également gagnant-gagnant, avec les pays membres des BRICS et tous ceux qui sont disposés à briser le garrot financier mondial. Instituer au besoin un G12 avec tous les pays membres des BRICS, s’appuyant sur l’initiative chinoise de Nouvelle route de la soie.

7

Créer un ministère du Co-développement, de la Coopération et de l’Intégration, qui organisera une politique de développement et d’accueil tout particulièrement orientée vers les réfugiés politiques et la jeunesse africaine, et devant aboutir à un développement inclusif du Moyen-Orient et de tout le continent africain.

8

Tripler progressivement les moyens de notre Banque publique d’investissement pour qu’elle puisse réellement venir en aide au décollage et à l’essor des PME et des ETI.

9

Rétablir les heures d’étude dans l’enseignement primaire et secondaire, pour aider aux devoirs et aux leçons, et ainsi rétablir les conditions sociales d’égalité d’accès aux connaissances. Augmenter de 20 % le salaire des enseignants et organiser leur suivi des élèves après les heures de cours.

10

Engager le retrait de l’OTAN, qui n’a plus aujourd’hui d’autre raison d’être que d’imposer un ordre mondial militaire et financier se substituant à celui de l’ONU.

11

Consacrer aux dépenses militaires un budget supérieur à 2 % du PIB, afin de retrouver une capacité de recherche et un traitement des matériels et de l’équipement dignes de nos soldats, tout en engageant avec vigueur le démantèlement des dispositifs nucléaires militaires avec tous les pays qui en disposent.

12

Faire de la culture le pilier essentiel de ma politique, en aménageant nos établissements culturels publics et privés pour un accès gratuit éducatif et interactif, sept jours sur sept et en soirée. Encourager dans ce contexte les chorales, qui sont en petit ce que la République doit être en grand.

13

Mener dans ce contexte une grande politique spatiale et de soutien aux technologies de pointe, notamment en ce qui concerne les énergies du futur, comme la fusion thermonucléaire contrôlée. Il s’agit de disposer à la fois d’un moteur pour notre économie et d’un projet ouvert à toutes les coopérations internationales en vue des objectifs communs de l’humanité.

A tout instant, en cas de conflit sur les orientations fondamentales de cette politique et en l’absence d’accord entre exécutif et législatif, je saisirai la nation par voie de référendum, dont je tirerai les conséquences personnelles en fonction du résultat.

 


Vous souhaitez voir ces lignes appliquées dans la réalité ?

Prenez contact !

Cliquez ici pour poser une question

À lire aussiMes références