Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Le vrai du faux : Jacques Cheminade sur le cannabis en France

    mardi 12 avril

    Partagez l'article

    Jacques Cheminade
    répond à vos questions

    En direct - Tous les mois

    Prochain Live
    jeudi 15 décembre à 19h30

    Page spéciale

    Émission Le vrai du faux d’Antoine Krempf du 5 avril, et publiée sur franceinfo.fr.


    "La France, pays de l’UE où l’on consomme le plus de drogue douce" ?

    C’est ce qu’affirme Jacques Cheminade. Le candidat à la prochaine présidentielle affirme également que la France a pourtant un "système très répressif".

    Jacques Cheminade a raison. Lorsque l’on regarde les chiffres européens de la consommation de cannabis, la France arrive systématiquement en tête des pays européens, quels que soient les critères d’âge, de sexe ou de fréquence de consommation de cannabis.

    Et c’est assez spécifique à cette drogue. Pour la cocaïne, les amphétamines, l’ecstasy ou le LSD, la France est certes plutôt en haut du tableau, mais pas en tête.

    Législation dure pour drogue douce

    Jacques Cheminade a aussi raison lorsqu’il affirme que la France a un "système très répressif". D’après l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, elle fait partie des cinq pays européens à considérer l’usage du cannabis comme une infraction pénale. Concrètement, un fumeur de joint encourt jusqu’à un an de prison ferme et 3.750 euros maximum.

    Des peines de prison très rares

    Cela dit, la prison ferme est très rarement appliquée pour les consommateurs de cannabis. Sur les 200.000 personnes interpellées chaque année en France pour une infraction à la législation sur les stupéfiants, le cannabis représente neuf cas sur dix. Mais l’OFDT est formel, "les sanctions pénales pour usage de stupéfiants se sont largement diversifiées. Elles apparaissent globalement moins tournées vers la privation de liberté (rare pour des faits de simple consommation), au profit de sanctions financières. L’usage de stupéfiants est, ainsi, de plus en plus massivement traité par des peines d’amende".