Libérons-nous de l'occupation financière
Archives
Dans les médias

Interview de Jacques Cheminade par MediaWeb

mardi 3 août 2010

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale

Interview de Jacques Cheminade par MediaWeb publiée sur les sites d’information pornichet-infos, saintnazaire-infos, labaule-infos, etc.

Jacques Cheminade le premier candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2012 de passage à Pornichet.

Jacques Cheminade, est licencié en droit et diplômé de HEC Paris et de l’ ENA (promotion Jean Jaurès). Influencé par Lyndon LaRouche, Jacques Cheminade défend un « nouveau Bretton Woods » vecteur d’une politique de « crédit productif public » remettant l’argent au service des infrastructures, du travail humain et des productions agricoles et industrielles au nom d’un dialogue de cultures et de civilisations, à l’opposé du « choc des civilisations » de Samuel Huntington. Il était candidat à la Présidentielle de 1995 sous la bannière Solidarité et Progrès, il vient de lancer sa candidature à la Présidentielle de 2012 et a commencé sa tournée électorale par Pornichet où nous l’avons rencontré.

Jacques Cheminade, bonjour, vous venez d’annoncer votre candidature à l’élection présidentielle, quelles sont vos motivations ?

La première c’est qu’il y a une crise financière et monétaire internationale de désintégration du système dans lequel nous vivons. On a triché sur le bilan des banques, il y a des crises à l’horizon, celle des bons municipaux américains, celle d’une banque européenne qui pourrait être prise dans la faillite ou dans les difficultés d’un grand état, celle des banques américaines qui diminuent leurs provisions pour créances douteuses pour les transformer en bénéfices. Bref il y a une menace de crise très immédiate ou dans quelques mois.

La deuxième raison c’est qu’il y a décomposition du politique en France.De Gaulle et d’autres aussi, voulaient bâtir une cathédrale européenne. On a vu au travers de nombreuses affaires,cette cathédrale européenne s’est convertie un peu en maison de tolérance. Il faut à tout prix empêcher cette situation où l’Europe ne représente plus qu’une adaptation aux marchés ou à la crise et ne représente plus rien en termes de définition d’ avenir et d’ horizon. Il faut donner un horizon à long terme et montrer que l’on peut changer de système. En France, l’opposition se situe dans un système de social libéralisme, et voir une élection présidentielle avec Sarkozy d’un côté avec sa Firme et Strauss-Kahn de l’autre avec son gang, non !

Pourquoi avoir déclaré votre candidature aussi vite et le premier ?

Parce que c’est le moment de donner une perspective pour l’immédiat et que la candidature permet d’être une référence. Et puis aussi, pour une autre raison : en 1995 mon compte de campagne a été rejeté par le Conseil Constitutionnel ce qui m’a mis dans une situation extrêmement difficile. Or le Conseil Constitutionnel a accepté en même temps les comptes de campagne de Jacques Chirac et d’Edouard Balladur que tout le monde sait délinquant car il a versé 10 millions cash dans son compte de campagne et Monsieur Rolland Dumas alors Président du Conseil Constitutionnel a accepté son compte de campagne. Des juges commencent à dire aujourd’hui que c’était dans des circonstances un peu étranges.

Nicolas Sarkozy est venu annoncer des commandes de bateaux pour les Chantiers de l’Atlantique, et une prise de participation de l’État, êtes-vous satisfait de cette perspective ?

Nicolas Sarkozy c’est beaucoup de promesses et comme son mentor politique Charles Pasqua avait dit « les promesses ne concernent que ceux qui les écoutent » Il faut sortir de ce contexte-là, deux « Mistral » pour la Russie ça peut être quelque chose qui aide et pourquoi pas ? Le commerce maritime s’est effondré.La seule manière réelle de permettre la production de bateaux, s’est de réorienter l’économie vers la production réelle de biens, la sortir de la spéculation et du court terme et avoir un horizon à long terme pour que les bateaux soient utilisés avec des plans d’utilisation sur plusieurs années. Aujourd’hui tout se fait sur le court terme ou le pari. Par exemple, prenez un pétrolier qui va sortir d’un port dans le détroit d’Ormuz. Il ne sait même pas où il va, parce que, de où il ira,dépendent des prix du pétrole et l’orientation l’emmène en cours de route où l’on achète la cargaison 10, 20, fois.Les chantiers navals se développeront si on leur donne un horizon. L’économie actuelle dans sa logique ne leur donne pas d’horizon.On peut donner cet horizon si on développe les pays du tiers-monde et l’Afrique et si on crée un ordre monétaire et financier international dans lequel le développement physique du monde se substitue au règne du financier.Dans ces conditions, les chantiers navals trouveront des marchés sans cela c’est un cauter sur une jambe de bois.

Où vous situez vous politiquement ?

Il y a beaucoup de choses en commun entre un de Gaulle, un Jaurès, un Blum, ou un Mendès France.C’est un certain sens de l’Etat qu’il faut donner aux générations futures, contre tous les politiciens d’aujourd’hui qui n’ont, qu’ils soient de droite ou de gauche, qu’ un sens du court terme immédiat, et qui se positionnent. Cette position, ce Kamasutra politique c’est ce que les Français ne veulent plus.


Rejoignez la campagne !