Se libérer de l'occupation financière

1983 – Le FBI enquête sur Jacques Cheminade

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale
JPEG - 2.4 Mo
Document du FBI sur Jacques Cheminade
La procédure américaine (FOIA) qui permet d’obtenir des documents officiels de l’Etat américain, indique que le nom de Jacques Cheminade figure dans pas moins que 150 documents du FBI.

En 1992, la procédure américaine (FOIA) qui permet d’obtenir des documents officiels de l’Etat américain, indique que le nom de Jacques Cheminade, à l’époque attaché commercial auprès du Consulat de France à New York, figure dans pas moins que 150 documents du FBI. Les quelques rares feuilles déclassifiées et fortement raturées documentent de façon incontestable que le FBI s’est intéressé à Cheminade à plusieurs reprises :

  • D’abord en 1972-73 où l’agence se trompe et apparemment le confond, sur la base d’une simple photo, avec un individu recherché aux Etats-Unis pour espionnage. L’affaire fut classée sans suite ;
  • Ensuite en 1974, lorsque le FBI note la présente de Cheminade, le 28 décembre, à la convention du NCLC, le mouvement politique de Lyndon LaRouche, une forte voix contestataire qui dénonce les dérives des banques et des élites américaines. Rapidement, constatant que Cheminade ne présente « aucun potentiel d’informateur », le bureau du FBI de New York considère l’enquête close.
  • Enfin en 1983, lorsque la décision est prise dans les milieux financiers, de conduire Lyndon LaRouche, dont l’influence s’était massivement accrue, en prison. Bien que LaRouche, de façon non-officielle dès 1978, et de façon plus officielle à partir de 1981, a conseillé la présidence américaine sur la mise en place, en coopération avec l’URSS, du bouclier antimissile, projet adopté par Reagan en mars 1983, le FBI persiste, en janvier 1984, à souligner que le mouvement de LaRouche « vise à remplacer la démocratie aux Etats-Unis par une forme communiste de gouvernement ». Pour s’y opposer, le FBI ordonne à ses agents dans les ambassades américaines de Bonn, de Rome et de Paris, d’enquêter et de réunir des informations complémentaires sur Jacques Cheminade considéré comme une simple émanation de LaRouche, mais dont les agissements pourraient offrir des occasions permettant de « ternir » la réputation de LaRouche, et donc faciliter son incarcération. Cheminade est depuis sous examen.

...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Rejoignez la campagne !