Se libérer de l'occupation financière

2013 – Dénonce la mise en place du bail-in par l’Union Européenne

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale

Extrait de l’éditorial de Jacques Cheminade paru dans Nouvelle Solidarité le 14 juin 2013

A l’échelle du monde, les chefs de gouvernement du G20 ont créé un Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board) , hébergé et principalement financé par la Banque des règlements internationaux (BRI) de Bâle. C’est ce Conseil, une association de droit suisse, qui a organisé, en cas de défaut, la mise en œuvre d’un « bail out » (renflouement externe de la banque, au détriment des contribuables) et d’un « bail in » (renflouement interne au détriment des actionnaires, des créanciers obligataires et des déposants). Ainsi, ce qui a été fait dans le cas des banques chypriotes peut être considéré comme une première mise en jambes, de même qu’en Espagne, la spoliation des détenteurs de titres « préférentiels » de Bankia.

A l’échelle de l’Union européenne, François Hollande et Angela Merkel se sont entendus pour créer une Autorité de résolution bancaire, sous les ordres de la Commission européenne. Ce sera le relais de fait du Conseil de la BRI. En France, on a bien un Fonds de garantie disposant de 2 milliards d’euros pour couvrir les dépôts inférieurs à 100 000 euros en cas de défaillance. Cependant, les dépôts supérieurs ne seront pas couverts et seront donc livrés au « bail in ». Quant aux dépôts inférieurs, 2 milliards seront évidemment insuffisants, d’autant plus que la réforme Moscovici prévoit d’associer le Fonds de résolution au Fonds de garantie, qui en prendra d’abord les maigres ressources !

Pour en savoir plus, la vidéo de Solidarité & progrès expliquant le bail-in :


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Rejoignez la campagne !