Libérons-nous de l'occupation financière
Archives

Déclaration de Jacques Cheminade sur les éoliennes offshore

vendredi 28 janvier 2011

Partagez l'article

Jacques Cheminade
répond à vos questions

En direct - Tous les mois

Dernier Live
jeudi 9 février à 19h30

Page spéciale

Paris, le 27 janvier 2011 – Nicolas Sarkozy s’est rendu, le 25 janvier, à Saint-Nazaire pour annoncer le lancement de la première phase d’un programme visant la construction de parcs éoliens en mer.

D’une capacité totale de 3000 mégawatts sur un total de 6000 fixé au Grenelle de l’environnement, ce programme va peser lourdement sur notre infrastructure nationale de production énergétique, qui est actuellement, en raison de notre parc de centrales nucléaires, la plus concentrée, la plus fiable et la plus efficace dans le monde entier. En effet, la densité de flux d’énergie de l’éolien est si faible que dix ans sont nécessaires pour parvenir à obtenir davantage d’énergie qu’il n’en faut pour construire et maintenir le dispositif. Celui-ci ne peut donc être promu que par de fortes subventions et un relèvement de la taxe de la contribution au service public de l’électricité représentant un surcoût de 25 euros par an et par ménage français.

Ainsi, non seulement EDF se voit-elle déjà obligée par les pouvoirs publics de payer l’énergie d’origine éolienne à un prix quatre fois supérieur à celui de l’électricité payée par les particuliers, mais il est de plus reconnu, comme l’a montré la récente vague de froid qui a frappé la France en décembre dernier, que la production d’énergie éolienne diminue lors des périodes de canicule ou de grand froid associées à des systèmes météorologiques anticycloniques, c’est-à-dire au moment où il y en a le plus besoin.

Il est par conséquent temps de mettre fin à cette folie destructrice avant qu’il ne soit trop tard, et de concentrer nos efforts sur le développement de centrales nucléaires de quatrième génération, encore plus sûres et plus efficaces, ainsi que sur un programme sérieux de recherche civil sur la fusion nucléaire par laser, deux domaines dans lesquels la France avait acquis une avance significative mais qu’elle est en train de perdre.

Ces deux domaines sont par ailleurs les seuls pouvant offrir à l’ensemble de l’humanité la sérénité nécessaire dans ses approvisionnement énergétiques pour les cinquante à cent prochaines années.


Rejoignez la campagne !