Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Ce n’est pas du CETA mais d’une Nouvelle Route de la soie dont on a besoin

    mardi 25 octobre

    Partagez l'article

    Jacques Cheminade
    répond à vos questions

    En direct - Tous les mois

    Prochain Live
    jeudi 15 décembre à 19h30

    Page spéciale

    Loin des intrigues parisiennes et bruxelloises, Paul Magnette, le Ministre-Président de la Wallonie, défend l’intérêt général des citoyens européens en exigeant que l’accord de libre-échange avec le Canada (le CETA) devienne autre chose qu’un pas supplémentaire vers la soumission à une occupation financière. Je fais moi-même campagne contre cette occupation et soutiens donc totalement le combat de M. Magnette.

    Car le CETA, véritable « cheval de Troie » du TAFTA, est un leurre. En vue d’une augmentation très hypothétique du commerce et les bénéfices qu’il est supposé générer, on nous propose en réalité, au nom d’une « harmonisation », une dérégulation supplémentaire et un abaissement des normes sociales et environnementales essentielles.

    A cela le CETA et le TAFTA ajoutent « une révolution » dans la façon de régler les litiges commerciaux. Or, pour M. Magnette, comme pour moi, il est hors question de mettre au-dessus de la loi des nations et de leurs représentants, des cours d’arbitrages privées capables de condamner en justice les États, la plupart du temps au plus grand bénéfice « d’investisseurs » privés, dont la raison d’être n’est autre que la course aux profits. Cette mécanique, on l’a vue en œuvre lorsque les « fonds vautours » ont été autorisés à escroquer l’Argentine.

    M. Magnette souligne avec raison que l’enjeu réel de la ratification du CETA et du TAFTA n’est pas la signature d’un simple traité de commerce mais qu’il s’agit de fixer notre destin politique et social pour les dix, vingt, voire trente ans à venir.

    En remplissant simplement son mandat, celui d’un élu du peuple en charge de lui offrir la meilleure régulation possible, M. Magnette devrait faire rougir de honte les élus des autres parlements nationaux de l’UE, devenus de simples chambres d’enregistrement dociles et corrompues.

    Et si Washington, Ottawa et Bruxelles étaient réellement si intéressés à relancer la croissance mondiale, ils devraient s’associer pleinement à l’initiative chinoise de la Nouvelle Route de la soie. Alors que le CETA et le TAFTA sont des projets gagnants uniquement pour une petite oligarchie au détriment des peuples de la zone transatlantique, la Nouvelle Route de la soie doit être un projet gagnant/gagnant pour tous ceux qui s’engagent à y participer.