Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Arrêter tout de suite la machine infernale en Ukraine

    dimanche 2 mars 2014

    Partagez l'article

    Jacques Cheminade
    répond à vos questions

    En direct - Tous les mois

    Prochain Live
    jeudi 15 décembre à 19h30

    Page spéciale

    Déclaration de Jacques Cheminade, président de Solidarité et Progrès

    Paris, le 2 mars 2014 — Les autorités ukrainiennes ont déjà mobilisé les réservistes de l’armée et donc le risque d’une guerre s’est accru. Compte tenu des déclarations du président Obama se proclamant prêt à réagir face aux évènements qui se déroulent en Crimée, nous nous trouvons face à un risque immédiat de guerre mondiale, comme au moment de la crise des missiles de Cuba. La différence étant que le président des Etats-Unis d’Amérique n’est pas John Fitzgerald Kennedy.

    Le moment est donc venu, pour les pays européens qui sont convaincus que la paix ne peut être préservée qu’en impliquant la Russie dans des négociations globales, de prendre leurs responsabilités. C’est une chose de dire ce que l’on pense à Bruxelles, et une autre d’agir sans tarder.

    Les principaux éléments pour établir la feuille de route entre dirigeants russes et dirigeants de l’UE, ce qui signifie la France et l’Allemagne, sont clairs :

    • assurer le respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l’Ukraine ;
    • ne reconnaître aucun pouvoir de fait à Kiev ou ailleurs en Ukraine ;
    • désarmer, mettre hors d’état de nuire et dissoudre les groupes extrémistes qui prétendent tenir le pouvoir ukrainien de fait sous leur contrôle ;
    • apporter des garanties à la population russophone, notamment en rétablissant le russe comme langue officielle ;
    • reconnaître que seule la Russie est en mesure de fournir un contexte et un moteur au développement du pays ;
    • éliminer l’emprise des oligarques de tout bord sur la politique ukrainienne ;
    • assurer un traitement égal et équitable de toutes les composantes de la nation ukrainienne, celles de l’Ouest comme celles de l’Est ;
    • donner, sous la forme d’un accord entre la Russie, les principaux États d’Europe occidentale et les Etats-Unis, les moyens à l’Ukraine d’assurer une dynamique de développement économique équitable et harmonieux.

    Plus concrètement, cette feuille de route ne peut devenir réalité que si les principaux pays en cause établissent un système de crédit public productif se substituant à la règle du jeu actuelle, dominée par une oligarchie monétariste. Ce crédit sera de nature à financer de grands projets de développement, intégrant l’économie ukrainienne, de l’Atlantique à la Mer de Chine. Il reste à changer la direction politique de la zone transatlantique, condition de départ pour donner des bases solides à la paix. Cela suppose de mettre un terme au pouvoir de la City et de Wall Street et de tous ceux qui font leur jeu, à commencer par Barack Obama et tous les dirigeants européens qui se soumettent à l’Empire anglo-américain actuel. Pour réellement libérer l’Ukraine, il est d’abord nécessaire de libérer nos propres pays de leur caste cannibale. Il y va de la paix.